Aller au contenu

Nos choix

Meilleur contenu de la communauté, rassemblé manuellement par l’équipe.

Maidan love T2
Bon sur celui ci on ne va pas y aller par 4 chemins : C'est super décevant. Le premier ne lancait deja pas très bien le diptyque en nous servant une histoire esclave des evenements avec un héros qui ne servait pas à grand chose. Et bien autant vous dire que la suite est du meme accabis. Le héros est toujours aussi passif et il n'ait pas aidé par une narration étrangement mal faite de la part d'Aurelien Ducoudray.<br style="color:#1c2837; font-size:13px; text-align:start"><br style="color:#1c2837; font-size:13px; text-align:start">C'est ce qui est le plus suprenant ici. Aurelien Ducoudray, qui nous a habitué a de très belle histoire dont le meilleur exemple est le camp poutine qui sort en parrallèle de celui ci, nous livre ici une suite de scènettes sans relles lien entre elles et sans jamais impliquer le lecteur. Tout comme le personnage principal, on se promene dans Kiev en regardant ce qu'il se passe, passant d'un endroit à un autre. Ce manque de liant est criant sur la fin avec la gestion complement ratée des "2 filles" . La fin en est d'ailleurs surrealiste....<br style="color:#1c2837; font-size:13px; text-align:start"><br style="color:#1c2837; font-size:13px; text-align:start">Je ne pensais pas dire cela d'un livre de Ducoudray mais ce tome deux (et le dityque) est sauvé par les dessins plus sympa de Alliel..... <br style="color:#1c2837; font-size:13px; text-align:start">Ce diptyque resssemble à une commande qui ne plaisait pas au scenariste ou alors par un sujet trop compliqué pour etre traité en deux tomes seulement.
  • 1 réponse

La BDtheque de 1001bd : Le singe de hartepool
Wilfried Lupano est un auteur reconnu. Vous le connaissez tous pour ses vieux fourneaux, son loup en Slip ou encore son Traquemage. Que des BD qui ont monté l'humour à la Lupano comme l'un des humours les plus cotés des ces 5 dernières années. 

 

Mais si on remonte un peu en arrière, on reussi à remonter à l'album qui a progeté monsieur Lupano sur le devant de la scène. Et cet album c'est bien pour moi le Singe de Hartepool.  

 

Nommé à Angloueme en 2013, ce fameux Singe a en effet montré aux yeux du grand public l'humour aussi fin que cynique de monsieur Lupano. Car dans le singe de Hartepool on retrouve tout ce qui lui a réussi plus tard : Des personnages aussi bêtes que crédibles et surtout des dialogues diaboliques qui reussissent à ne pas masquer la morale d'une bien triste histoire. Une histoire (tres probablement) vraie d'ailleurs.

 

Car plus que dans ses albums suivants, le singe de Hartepool est une histoire drole mais au final bien triste pour ce singe qui n'avait rien demandé. Entre rire aux larmes et tristesse de la bêtise humaine, Lupano nous transporte, durant cette courte lecture, à une époque ou la bestise ne choquait personne.

 

Une pépite d'humour, basée sur une legende réelle au point que les habitants de Hartpool soient surnommés les Monkey Hanger, qui faut definitivement avoir dans sa bibliothèque. 
  • 0 réponse

De L'autre Coté De La Frontière
Décidément le style Berthet s'adapte bien au polar. Apres l'art de Mourir et Motorcity, le voici revenu, sous la houlette de Fromental cette fois ci, sur un polar impliquant jolies filles et policier. Cette fois la donne change avec comme personnage principale un écrivain.

Comme souvent avec les polars de Berthet et ses scénaristes, on a ici encore une ambiance années 60 très prenante et très lourde. Ce qui se démarque encore une fois ici, c'est que les traits de Berthet, calmes et lisses, permettent à Fromental de nous livrer un récit dur et violent sans que cela choque. A contrario des séries policières du moment, on a ici un scénario sombre mais qui ne cherche pas à plaire par des images racoleuses ou violentes.

On se retrouve donc avec une intrigue qui prend le dessus et nous plonge dans un polar à l'ancienne qui ravira les lecteurs de plus de 30 ans et les fans de polar. Mais ne plaira pas forcement au fan de séries policières américaines.
  • 0 réponse

Imperium Circus T1
Nouvelle série pour Kurokawa avec un manga "à l’européenne" qui se démarque par son thème vraiment original : le cirque. Plus que le cirque c'est la façon donc celui-ci règles le monde qui est intéressant. Nos auteurs sont partit du principe que les numéros de cirques était beau parce que ces artistes pouvait utiliser une puissance extérieur que le commun des mortel ne peut pas voir.

Cela transforme les artistes en star/puissant et le cirque en arène de combat ou se règlent les grands dilemmes.

Comme beaucoup de mangas européens, ce Imperium Circus a de très bonnes idées qui rendent la lecture intéressante.... mais un graphisme encore super hésitant par rapport au standard japonais actuels. Attention tout de même : je trouve la couverture passablement ratée. L’intérieur est mieux même si les mouvements et les périodes de transitions mériteraient plus d'attention et de légèreté dans le trait.

On se retrouve donc comme souvent avec une bonne histoire par forcement suffisamment portée par le dessin. Mais je vous encourage à essayer ce titre pour permettre aux auteurs de progresser et de nous livrer une suite de série encore plus aboutie.
  • 0 réponse

Shaman King Flowers
Alors non nous ne revez pas et ce n'est PAS la suite de l'édition Star de Shaman King. Il s'agit bien du premier tome d'une toute nouvelle série qui profite de la parution de l’intégrale (ou est-ce l'inverse) pour tenter de se frayer un chemin au travers des sorties de mangas. Et pour tout vous dire.... je trouve que ce manga fait vraiment doublon avec son illustre père.

Franchement c'est un copié collé.... les personnages sont certes différents mais l'histoire suis globalement la même ligne sur ce premier que sur le premier tome de Shaman King. Ce qui est étrange c'est que s’il était sorti AVANT la parution de la Star Edition de Shaman King on n’aurait peut-être pas eu cette sensation. Ici en l'état des choses je ne saurais que vous conseiller d'investir dans la Star Edition. On sait que c'est finit et on sait tout le bien que le monde du manga pense de la série.

Moins de risque. Pour nos jeunes pousses de Flowers... attendons de voir si ça se sépare du copié coller.
  • 0 réponse

Catwoman Under The Moon
Premier tome que j'ai eu le plaisir de lire de la nouvelle collection Urban Link et... et bien à mon humble avis le meilleure de la collection pour l'instant. Graphiquement c'est déjà très bon avec un choix de colorie très sympa et bien adapté à un personnage qui évolue dans l'ombre.

Mais c'est le scénario qui est le plus marquant. En effet je trouve que Lauren Myracle a réussi a vraiment bien synthétiser l’essence même du personnage de Catwoman. Entre femme forte, grand cœur et caractère rebelle, cette Selina Kyle adolescence présente bien toutes les caractéristiques de la Catwoman actuelle.

La révision du passé est elle même bien adapté au personnage. Quoi de mieux qu'une enfance difficile et une entrée dans l'age adulte trop rapide pour notre héroïne ambivalente ?
La cerise sur le gâteau de ce "Catwoman, under the moon" est pour moi le lien qui est d'ores et déjà mis sur la relation entre Bruce et Selina. Un lien qui rapproche notre personnage de sa version adulte sans pour autant aller trop loin.

Une juste mesure scénaristique qui fait de ce "roman graphique" une vraie réussite qui ravira les fans de Catwoman mais offrira aussi une porte d'entrée au personnage pour ceux qui n'aiment pas trop les super héros.
  • 0 réponse

[/center]

Série : Soleil Froid
Scenario : Pécau
Dessin : Damien
Genre : SF
Editeur : Delcourt


Résumé :
« La question n'est pas de savoir si le virus de la grippe aviaire risque de muter pour devenir mortel pour l'homme, mais quand ? » ( OMS / Organisation mondiale de la santé.)


Un homme avance dans les vallées alpines, accompagné d'un robot de portage L2S. Il cherche un refuge, loin des terres basses infestées par un virus mortel. Jan ne se fait pas d'illusions : les trois quarts de la population humaine ont été emportés par l'épidémie. Restent quelques foyers isolés et un fol espoir, presque une légende… Celle d'un labo qui aurait trouvé un remède contre la nouvelle peste…

Annonçons d'entrée que j'adhère totalement au 1er tome et au 2ème. Peut-être parce que je suis dans l'informatique (ou pas) et que le contexte est ancré dans une réalité possible. Peut-être parce que j'aime ou adule également des séries comme Travis ou Carmen Mc Callum et dont je retrouve, ici, le ton dans ces 2 tomes.

Mais revenons à Soleil froid, c'est post apocalyptique, légèrement futuriste (l'histoire est positionnée en 2030), et c'est très très bien amené et réalisé (et les bonnes histoires manquent souvent). Les éléments arrivent petit à petit au fil des pages et on se laisse embarquer par le scénario et le déroulé du récit qui se dévoile plus vaste qu'il n'y paraissait dans le T2.

Le mulet et le roadmovie font bien évidement penser à la vache et le prisonnier, vieux film que les jeunes de 20 ans ne peuvent pas connaître, mais surtout aux images du robot du même genre qui avaient circulées il y a quelques années. Un petit reproche, marguerite, le robot mulet, semble changer de personnalité entre les 2 tomes. Bizarre et incohérent à ce stade de l'histoire. 4/5 quand même, très bonne surprise vu que j'avais loupé le T1 (merci à mon libraire de me l'avoir mis sous les yeux quand je suis passé).


Ma Note, pour chaque tome: /
Bonus: (attention ça envoie pas du rève) https://www.youtube....h?v=arIJm2lAfR8
  • 1 réponse

Samourai 8
Il n'y a pas à dire, certain ont du talent. C'est le cas de Masashi Kishimoto. Il a le talent du shonen : Poursuivre après Naruto et sa réussite planétaire n'était pas chose aisé. Et bien Masashi Kishimoto nous montre dans ce tome 3 qu'il a réussi. Si les deux premier tomes étaient avant tout introductifs, ce tome trois nous donne la ligne directrice de la série et elle part dans le bon sens. Alors certes on reste dans du shonen classique mais du shonen bien fait.<br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;"><br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;">Par bien fait j'entends une progression logique du héros et un apprentissage qui apprends autant au héro qu'aux lecteurs. Car on en apprend beaucoup sur les samouraïs, l'importance de la princesse et sur l'univers qui entoure notre héros jusqu'alors cantonné à sa petite planète. Un tome qui en dit beaucoup tout en faisant bien avancer l'histoire c'est la marque d'u auteur qui maîtrise le manga.<br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;"><br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;">Vivement le prochain tome.
  • 0 réponse

Girl Power
Quand j'ai ouvert cet album, je me suis dit : Tiens je pense que je pourrais faire lire ça à ma fille en début d'adolescence. Et bien... non  Non car cette BD n'est pas à mettre entre toutes les mains non plus de par son traitement quasi adulte de la condition d'ado. Un traitement qui rend cette BDs à destination de jeunes femmes plus que des ados. En effet ce roman graphique traite de tous les problèmes des jeunes lycéennes : De l'amour, au regard des autres en passant par la découverte des relations intimes, avec soi-même ou un autre.

D'un point de vue graphique, le style journal intime tracé au styla rend vraiment bien et nous plonge directement dans l'ambiance souhaitée par Francesca Ruggiero. Cela donne une BD bien faite qui nous plonge bien dans les problématiques des jeunes filles des années 90....Sont-elles vraiment différentes des jeunes filles d’aujourd’hui ? Telle est la question 
 
  • 0 réponse

Green Lantern : Emerald Twilight
Eux dites les enfants.... il n'en manquerait pas un bout ? Genre : Zero Hours ????
Car la sincèrement... c'est bizarre.... vraiment bizarre. Car cet album est super frustrant comme cela. ON a la chute de Hal, la naissance de Kyle.... et pas son ascension, pas sa participation à l'une des plus grosses crises de l'univers DC et on finit avec.... la fin des deux personnages....

C'est un peu comme si on regardait le seigneur des anneaux mais quon navait pas l'épisode 2. Juste le 1 et le 3.....

Ce nest pas illisible, c'est juste super frustrant. Et c'est dommage car le personnage de Kyle Rayner est intéressant comme l'a pu le prouver Tom King dans son magnifique Omega Men.
Bref une lecture vraiment frustrante qui nécessite d'avoir sous le coude Zero Hours pour bien comprendre.
  • 0 réponse

Slam dunk t9-10
Suite et fin de la confrontation de notre équipe avec LA meilleure équipe de la région. Avec cette fin de tournoi, ces deux tomes montrent qu'ils ont encore une fois marqué d'une pierre blanche les mangas de sport avec l'introduction de la fameuse défaite qui fait grandir. Je ne vous dirais pas à quelle niveau elle se situe pour ne trop rien vous dire mais c'est devenu un incontournable des mangas de sport : après la progression en flèche vient forcement la première défaite.<br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;"><br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;">La défaite qui fait mal, qui vous remet en question mais la défaite qui vous fait progresser si vous réussissez à vous relever. Une belle illustration du sport qui nous permet aussi de nous débarrasser de l'affreuse coupe de Sakuragi et passer toute l'équipe dans mode de véritable équipe de basket qui voit haut et loin.<br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;"><br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;">Deux tomes qui sont donc le tournant de la série... tournant qu'ont suivi toutes les séries de mangas de sport suivantes<br style="background-color:#fafbfc;color:#1c2837;font-size:13px;">
 
  • 0 réponse

Camp Poutine t2/2
Deuxième tome de du diptyque de Aurelien Ducoudray sur notre camp russe et surtout sur la décadence d'une partie rurale de la russie ou tout mensonge est bon pour pouvoir gagner sa croute.
Mais sur ce tome ci, plus que le camp poutine lui même, on s’intéresse vraiment au personnage de Katyusha e à son passé. On découvre en enfin pourquoi elle veut tant que ca rencontrer Vladimir Poutine mais on découvre aussi que sous sa façade de forte jeune fille c'est une enfant comme les autres.

C'est le point vraiment intéressant de ce tome deux : on s’intéresse enfin aux relations entre les enfants et, tout en avançant sur notre cap Poutine, on voit leurs véritables caractères ressortir.
Un très bon second tome qui est, il faut le reconnaître, bien aidé par Anlor qui nous livre un remarquable travail graphique.... presque mieux que sur le tome 1 !
  • 4 réponses

Black badge
Si comme moi vous etes fan de Matt Kindt, et bien jetez vous directement et le plus rapidement possible sur ce Black Badge. Le duo aux commandes de de GrassKings nous revient avec un énorme one shot et thriller d'espionnage sublime. L'idée de base est deja aussi osé que bien pensée : et si les scouts du monde étaient bien plus que de simple "campeurs à tendance Mac Gyver" ? Et si sous la bonhomie d'un groupe d'enfant, Matt Kindt voit lui de potentiels espions et agents de terrain capable, plus que des adultes, de passer inaperçu et de réaliser des actes de "protections de la nations".

Et comme dans toute bonne histoire d'espionnage, comment savoir qui est le bon et qui est le mauvais espion, au milieu de menteurs professionnels ?

Entre des personnages bien travaillés, un graphisme toujours au top et une histoires surprenante du début à la fin, ce Black Badge se révèle un must have complètement imprévu.
Et donc une excellente et magnifique surprise 
    • Like
  • 0 réponse

Walking Dead Tome 33 : Epilogue
Walking dead
Tome 33 : Epilogue
Scénario : Robert Kirkman
Dessin : Charlie Adlard
Couleur :
Genre : Fantastique
Edition : Delcourt
Date de parution : Dispo
L'acheter sur BDFugue
Résumé :
Sebastian Milton a tiré sur Rick Grimes. Puis il l'a achevé. Carl arrive à la demeure de son père le lendemain matin, pour le découvrir transformé en mortvivant. Il lui met une balle dans la tête par réflexe, avant de réaliser ce qu'il a vraiment fait. Carl s'occupe de faire rapatrier le corps de son père vers Alexandria. Mais il ne voyage pas seul... Une foule très nombreuse décide d'accompagner Rick vers sa dernière demeure... Voici ce qui se passe après...

Le tome précédent nous donnait la conclusion de cette saga à succès sur les mort-vivants et surtout les conditions et les rapports humains dans une situation post-apocalyptique. Les deux auteurs nous livrent un dernier tome intitulé épilogue de seulement quelques chapitres. On retrouve Carl le fils du célèbre Rick Grims des années plus tard où la menace des morts-vivants semble oubliée de tous. A la fin de l'album, Kirkman revient sur la série et le scénario. Charlie Adlard parle également de son expérience. Plusieurs couvertures terminent l'album. On peut lire la première mouture de Walking Dead de cinq pages qui avait été présenté à Image comics à l'époque.

Walking dead est terminé après 33 albums, un album sur Negan, des artbooks et de nombreux romans, il faut reconnaître le talent de Kirkman pour écrire une histoire prenante. De nombreux lecteurs avaient abandonné l'histoire en cours de route mais tous seront d'accord pour reconnaître que Walking dead a changé les récits de zombies. Les séries Tv se poursuivent pour l'instant.
Note :

Alx23
  • 11 réponses

La Bdtheque De 1001Bd : Travis Cycle 1
</b> <b>Travis, Cycle 1 - Tome 1 à 5 </b>
<b>Auteurs: Quet & Duval </b>
<b>Editeur: Delcourt - Série B</b>

<b>Résumé du tome 1</b>
<i>Travis, le pilote d'une navette d'approvisionnement, est en route vers une station scientifique orbitale. Il est loin de se douter que des terroristes sont à bord ! A peine débarqués, ceux-ci investissent la station et réclament une forte rançon</i>.

Et voila, je viens de terminer ces derniers jours la relecture des 5 premiers tomes de la série Travis, et je reste sur mon excellente impression du départ: C'est du bon. C'est du lourd, c'est de la SF d'action prospective.

Je ne vais pas revenir en détail sur les points forts des séries du scénariste (rigueur, cohérence, logique, monde détaillé et univers légèrement futuriste, etc), je remets les liens des divers sujets plus bas. Mais ils sont bien tous présents dans ce premier cycle.

A partir du 4ème on voit clairement un changement d'orientation scénaristique, les évènements s'emballent et les personnages évoluent largement, jusqu'à la révélation finale bien surprenante au vue du T1 et du T2 ( a tel point qu'on ne sais plus très bien qui fait quoi et dans quel but en refermant le tome 5, tant il pose de questions). <img src="http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/<#EMO_DIR#>/smile.gif" style="vertical-align:middle" emoid="" border="0" alt="smile.gif" />

Ce 1er cycle des aventures de Travis me semble un point au dessus le 1er cycle de Carmen (c'est comme ça, mais c'est logique, il bénéficie de l'expérience de l'auteur sur les autres séries, et donc le hasard n'y a quasiment plus sa place (à part un passage dans le tome 2 peut-être, dans la jungle au début).



--
RR, toujours enchanté de ses relectures intelligentes de SF pendant l'été
  • 16 réponses

Fashion week
Série : GLe nicois
Scenario : Joann Sfar
Dessin : Joann Sfar
my 2 cents Et pourtant d'habitude je ne suis pas fan
Edition : Dargaud
Acheter sur BDfugue
Résumé :Jacques Merenda, alias le Niçois, passe une soirée aussi peu tranquille que d'habitude avec son amoureuse, Loulou Crystal. Un coup de fil, et les voilà en route au débotté pour la capitale ils étaient à Nice, évidemment, où d'autre ? But du déplacement en terre hostile : un gros coup. Un très gros coup. Une vedette à détrousser, au sens figuré, cette fois. Des bijoux. En pleine Fashion Week, on peut être sûrs que les flics seront occupés à mater beaucoup plus bas qu'il ne faudrait pour surveiller les colliers, bagues, et autres colifichets de la vedette. Ça va être facile, dans deux jours, ils sont de retour sur la Côte... Joann Sfar poursuit les aventures du Niçois en bande dessinée !

Bon alors autant vous le dire tout de suite je ne suis pas un grand fan de Joann Sfar. Non pas que je ne reconnaisse pas le talent de conteur du monsieur, juste que d'habitude je m'ennuie pas mal.
J'ai voulu retenter l'expérience sur cette adaptation du Niçois en BD (le niçois étant un personnage de roman de Joann Sfar). ET jai tout de suite retrouvé ce que je redoutais : C'est plein de texte et de description, dans le phrasé très approximatif de notre "héroïne", et très contemplatif.... enfin surtout au début. Car en poussant ma lecture et en me forçant à lire cela au calme (sans les enfants quoi) j'ai été pris dans cette histoire.

J'ai même été charmé par ce gangster anachronique. Ce Bebel mafieux tout droit sorti des années 60 et déboulant dans notre monde ultra rapide. Son détachement et son assurance ont réussi à dépasser les pages pour m'emmener dans ce cambriolage ubuesque.
Bref on ne peut qu'appeler cela une réussite. Je ne pourrais plus dire : je n'aime pas Joann Sfar. Je devrais dire : pour que j'aime Joan sfar, il faut que je m'isole

Blague à part cette lecture était un excellent moment dans une ambiance de film des années 60-70 envoutante.
Ma Note: RSS
  • 0 réponse

Série : GLe nicois
Scenario : Joann Sfar
Dessin : Joann Sfar
my 2 cents Et pourtant d'habitude je ne suis pas fan
Edition : Dargaud
Acheter sur BDfugue
Résumé :Jacques Merenda, alias le Niçois, passe une soirée aussi peu tranquille que d'habitude avec son amoureuse, Loulou Crystal. Un coup de fil, et les voilà en route au débotté pour la capitale ils étaient à Nice, évidemment, où d'autre ? But du déplacement en terre hostile : un gros coup. Un très gros coup. Une vedette à détrousser, au sens figuré, cette fois. Des bijoux. En pleine Fashion Week, on peut être sûrs que les flics seront occupés à mater beaucoup plus bas qu'il ne faudrait pour surveiller les colliers, bagues, et autres colifichets de la vedette. Ça va être facile, dans deux jours, ils sont de retour sur la Côte... Joann Sfar poursuit les aventures du Niçois en bande dessinée !

Bon alors autant vous le dire tout de suite je ne suis pas un grand fan de Joann Sfar. Non pas que je ne reconnaisse pas le talent de conteur du monsieur, juste que d'habitude je m'ennuie pas mal.
J'ai voulu retenter l'expérience sur cette adaptation du Niçois en BD (le niçois étant un personnage de roman de Joann Sfar). ET jai tout de suite retrouvé ce que je redoutais : C'est plein de texte et de description, dans le phrasé très approximatif de notre "héroïne", et très contemplatif.... enfin surtout au début. Car en poussant ma lecture et en me forçant à lire cela au calme (sans les enfants quoi) j'ai été pris dans cette histoire.

J'ai même été charmé par ce gangster anachronique. Ce Bebel mafieux tout droit sorti des années 60 et déboulant dans notre monde ultra rapide. Son détachement et son assurance ont réussi à dépasser les pages pour m'emmener dans ce cambriolage ubuesque.
Bref on ne peut qu'appeler cela une réussite. Je ne pourrais plus dire : je n'aime pas Joann Sfar. Je devrais dire : pour que j'aime Joan sfar, il faut que je m'isole

Blague à part cette lecture était un excellent moment dans une ambiance de film des années 60-70 envoutante.
Ma Note: RSS
  • 0 réponse

×
×
  • Créer...